Les saveurs de l’île Maurice

Quand on parle de la cuisine mauricienne ou des saveurs de l’île Maurice, on ne sait souvent pas que c’est quelque chose de très varié. En effet, les saveurs de cette île viennent de tous les origines des différentes communautés qui l’habitent.

La république de l’île Maurice a été une colonie appartenant successivement à plusieurs peuples. Sur cette île régnaient les Hollandais, les Français et encore les Anglais pendant différentes périodes historiques. Chacun de ces peuples a laissé son empreinte culturelle et surtout culinaire.
Après son indépendance le 12 mars 1968, plus d’influences culinaires venaient de la mondialisation et de l’ouverture de l’île sur les autres civilisations.

De nos jours les saveurs de l’île Maurice se distinguent par l’empreinte de son histoire coloniale et par les plusieurs communautés variées qui l’ont habité à l’époque, comme les Indiens, et les Chinois etc. En plus, c’est une île dont la localisation est stratégique. En effet, elle se situe au niveau d’un carrefour la permettant de recevoir de l’importation de différents pays asiatiques, africains ou encore venant de l’Océanie. C’est ce qu’on appel un vrai melting-pot authentique que vous pourrez découvrir dans sa cuisine

L’île Maurice possède une cuisine de 300 ans d’histoire, avec une multitude d’influences apportées par les populations qui s’y sont installées au fil du temps.

Pendant les 17eme siècle, l’ile Maurice était habitée par les hollandais. Ces derniers ont apporté à l’île, plusieurs saveurs authentiques , comme le cerf et la canne à sucre. Ces saveurs, on les retrouve dans plusieurs plats typiques de la région.

Les français  ont apporté leurs savoir faire culinaire ainsi que plusieurs techniques gastronomiques. Les saveurs qu’on pensent qu’ils ont apporté sont les épices, comme la muscade, la cannelle et le girofle.

Les indiens, venus labourer dans les champs  de canne à sucre pour les colons anglais ont apporté leurs  le fameux curry, appelé par les mauriciens « cari », et le briani, qui est le plat traditionnel de la communauté indienne musulmane.

Les chinois ont encore laissé leurs influences’ dans la cuisine mauricienne en introduisant la cuisson au wok et ses multiples sauces comme la sauce de soja. Plusieurs plats traditionnels très connus dans l’île Maurice sont d’origine cantonaise comme le riz frit, le mine frit, le bol renversé et le mine bouilli.

Toutes ces influences ont donné naissance à une cuisine riche, variée et surtout exceptionnelle.

Lisez plus sur l'art culinaire de l’île Maurice ici

Voici quelques ingrédients qu’on trouve dans des plats mauriciens authentiques. Des saveurs de l’île Maurice que toute personne ayant visité cette île des rêves peut reconnaître.

Le Cerf ;

Un des ingrédients trop prisés et trop hautement recherchée dans l’île est la viande de cerf de Java. Essayez le dry curry. On ne peut pas penser à une meilleure recette pour mettre en relief le bon gout de cet ingrédient. Cette recette est indétrônable, elle est l’une des meilleurs marriant Cerf et Curry. Vous pouvez aussi déguster le Salmi Cerf ou Civet de Cerf, ainsi que le Sauté de Cerf.

La canne à sucre ;

On l’appel pas L’or Blanc Mauricien pour rien. L’industrie de la canne à sucre était la base de l’économie mauricienne pour plus que trois siècles. Sur le plan des saveurs, la canne à sucre est à l’origine du sucre muscovado et du fameux rhum arrangé. Vous ne devez pas rater la chance de goutter une recette préparée par le Sucre muscavado. Sa richesse en mélasse lui donne un goût prononcé avec des notes de réglisses qui rajoutent un charme particulier à toutes les recettes classiques.

Le tamarin ;

Ce fruit acidulé vient du continent africain. Le tamarin est un ingrédient indispensable à la composition de nombreux plats de l’île Maurice. C’est un fruit fibreux qui fait partie d’un grand nombre de recettes creoles traditionnelles.

Il est utilisé dans la préparation du massala traditionnel indien. On peut également le goutter dans les chutneys ainsi que dans plusieurs recettes de curry. Les enfants adorent le consommer sous la forme d’une pâte qui se vend dans de petits sachets. C’est l’ une des friandises mauriciennes très appréciées.

Vous pouvez aussi l’essayer sous forme de confiture, très délicieuse et riche en vitamines.

Découvrez les plats mauriciens à ne pas rater ici !

Le manioc ;

Le manioc est une plante qui se présente sous la forme de gros tubercules. Elle est originaire de l’Amérique du Sud. A partir de ces tubercules on peut fabriquer une farine, ou plutôt une semoule, qu’on utilise dans les recettes de différents plats.

Pendant le 18e siècle, cette plante était introduit à l’île Maurice. Le manioc est devenu depuis un ingredient qui fait partie intégrante de la gastronomie mauricienne. Il peut être goutté dans plusieurs recettes;  on le consomme sous forme de galette, de pudding. Ou aussi comme soupe, connu sous le fameux nom de katkat. Les biscuits manioc, uniques au monde et produits par la biscuiterie H. Rault, sont aussi à essayer.

Le bilimbi ;

Ce fruit extrêmement acidulé de l’océan indien est de plus en plus rare à trouver. Le bilimbi était trouvé en abondance dans l’île Maurice. Plusieurs mauriciens  agés reconnaissent que son acidité excessive leurs avait donné des frissons.

Le bilimbi est un fruit très surprenant par son gout. Ce fruit rappelle beaucoup le carambole par sa forte acidité. On peut aussi lui trouver un léger gout âcre.

Le Bilimbi se trouvait autrefois dans les jardins et les arrière-cours de tous les mauriciens. Il est originaire de l’Indonésie et a été introduit à la fin du 18eme siècle par les colons français.

Dans l’île Maurice ,on peut encore trouver deux types de bilimbis: le bilimbi long qui rappelle un cornichon vert pâle, et le bilimbi rond qui ressemble à un minuscule carambole jaunâtre.

Dans la cuisine mauricienne, sa consommation dépend des goûts. Certaines personnes qui aiment l’acidité en raffolent crus et accompagné de sel. Mais dans la majorité des cas, il est consommé cuit. Son achard se marie à merveille avec le curry de poisson. On peut encore en trouver sur les étables de certains bazars de l’île. Il peut être également consommé sous forme de jus ou de confiture.

(162) Visites