Musée d’histoire National (Château Robillard)

Situé à l’entrée du village de Mahébourg, le musée d’histoire National a été inauguré vers 1950 et se spécialise dans l’histoire de l’île Maurice relative à la mer; batailles navales, naufrages, articles de guerre navale, etc.

Le musée est situé dans le château de Gheude, un magnifique manoir colonial français, construit en 1772, qui appartenait au commandant du quartier de Grand Port, la famille de Jean de Robillard, et qui a joué un rôle important dans l’histoire de l’île. La maison a été achetée par le gouvernement en 1950 et transformée en musée.

Le musée occupe trois étages, dont les remorques sont accessibles au public. Au rez-de-chaussée, on y trouve les naufrages de voiliers qui ont participé à la bataille du Grand Port, des canons originaux, des boulets de canon, des peintures et des épées et des armes de Robert Surcouf, le corsaire du XVIIIe siècle, populairement connu comme le roi des Corsaires. Des objets provenant d’épaves le long de la côte mauricienne sont également exposés, et le musée présente également un village mauricien préservé, où les visiteurs peuvent avoir un aperçu du mode de vie typique des habitants des îles rurales.

La cloche, récupérée des débris du St Geran qui a coulé de la côte est en 1744, est également exposée. Il y a une coupe de journal intéressante de Charles Seabourne, qui avec des survivants du navire Trevessa, a atterri à Bel Ombre dans le sud en 1923 après avoir passé 25 jours en mer. Sur l’affichage sont les biscuits du navire, un rasoir et le couvercle d’une boîte de cigarette qu’ils ont utilisé pour mesurer les rations de l’eau. Dans une vitrine distincte est un tableau d’honneur dédié aux Mauriciens qui sont morts dans la Seconde Guerre mondiale. L’épave de la bataille navale de Vieux Grand Port en 1810 peut également être vue.

Au premier étage, le lit à baldaquin de Labourdonnais, deux palanquins ou chaises en bois de type berline portées par des esclaves pour transporter leurs maîtres à travers le pays et une collection de pièces de monnaie, bibelots, voiliers et premières cartes, étiquetés en Français et en anglais.

Bien qu’il ne soit normalement pas permis de prendre des photos à l’intérieur du musée, vous pouvez demander l’autorisation à le faire si vous n’êtes pas des photographes professionnels et que vous allez prendre quelques photos seulement.

(417) Visites